Moments clés

Hommage à Fabien

Hommage à Fabien

La complicité avec son routeur ce n’est pas du cinéma. On doit tout préparer avant. Puis se mettre d’accord sur le langage qu’on emploiera pendant les grandes traversées car nous communiquons par téléphone satellite et les coûts sont élevés. Alors il vaut mieux parler bref mais sûr.

Et chaque jour, les deux échanges sont attendus par tout l’équipage.

La complicité on l’avait avec mon filleul de mer et elle résiste au temps comme le phare d’Ar-men.

C’est pourquoi on a pu y ajouter de l’humour et de l’affection à ces échanges studieux. On sentait bien qu’il voulait que je lui ramène intact son Marsoupio. (La mascotte qu’il m’a offerte au départ)

C’est un très bon marin, un régatier plein de finesse : Alors  les trajectoires sur l’eau il connait et il sait que la ligne droite n’est que très rarement la ligne la plus courte en mer. Ceux qui ont suivi notre périple ont dû se demander pourquoi on faisait tant de zig et de zag, pourquoi on montait au-dessus de la route directe pour quatre jours après on redescendait en dessous. Et bien, sur les quatre bateaux partis ensemble, on a fait premier avec quatre jours d’avance sur le deuxième ! YES !

Mais des fois le skipper, parce que lui est au milieu des éléments, n’en fait qu’à sa tête car il « sent » le coup. Et ça le routeur ne peut le sentir. Mais on est vite pardonné et le routeur sait s’adapter à ces changements de programme. Et au final ça paie !

Je vous en ai déjà parlé également du talent d’écrivain de Fabien. Alors il fallait vraiment que je lui rende hommage pour nous avoir suivi et guidé pendant toute cette année. Alors j’ai réécrit le texte de notre arrivée à la façon de Fabien, avec son style et ses mots et en prenant la place du capitaine Gilles Belmonte et celle de la Frégate Egalité à la place d’Abhaya.

Espérant que vous soyez touchés et que ces quelques lignes vous donnent envie de livre les 4 volumes des aventures de Gilles Belmonte :

« Décidément Eole était avec Gilles Belmonte pour cette arrivée conquérante entre les deux tours de La Rochelle. Bien que des plus hautes verges aux fond des cales l’humidité ait fait de l’Egalité son domicile, la vaillante frégate fendait les flots avec ardeur. Le sourire de Gilles Belmonte trouvait son écho dans chacun des membres de l’équipage qui se vannaient gentiment pour témoigner de leur complicité comme seule la mer sait les créer. Les traits burinés de ceux-ci faisaient témoignage des efforts endurés dans cette traversée pénible et où les multiples avaries avaient failli stopper l’aventure. A croire que la perfide Albion avait mis toute sa vile intelligence à entraver par un quelconque maléfice les projets de la Liberté.  Mais les compétences de chacun : du gabier, au charpentier de marine avaient permis de surmonter les 61 épreuves endurées pendant ce long voyage d’un an qui avait éloigné de la tendresse des amitiés terriennes ces fiers aventuriers.

Le bosco avait tout particulièrement su ramener l’entrain, dans les moments les plus difficiles, quand les hommes harassés par la mer et ses caprices, venaient chercher refuge et réconfort à la table du capitaine.

Accoudé à la barre, les cheveux emmêlés par un frisquet vent de nord noroit, sa lourde capote parfois encore la cible de quelques mutins embruns, le vaillant capitaine Gilles Belmonte contemplait le gris océan avec l’humble fierté d’avoir ramené à bon port tous les membres de son équipage. Gilles laissa cette pensée l’envahir au point que, devant la proximité de l’atterrissage et les retrouvailles annoncées, ses yeux se remplir de larmes … »

Merci mon Fabien d’avoir été à mes côtés.

Comments (2)

  • Mirabella Hasheem Aric says:

    Bonjour, toujours super de voir d’autres personnes à travers le monde du trou dans ma recherche, j’apprécie vraiment le temps qu’il aurait fallu pour créer cet article génial. À votre santé Mirabella Hasheem Aric

  • Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *